Compte rendu du 25 avril 2018

avril 25, 2018 - Temps de lecture: 4 minutes

Ce mercredi 25 avril, à 18 h s’est tenue une réunion de l’arrosoir. On peut déplorer que seulement deux personnes soient venues à la réunion, alors qu’elle a été largement annoncée depuis une semaine, par une série de messages sur le groupe Facebook de l’Arrosoir. Vu le faible effectif, cette réunion n’a aucune légitimité, car ne représente pas une part significative des adhérents. Ce fait témoigne de la perte, soit d’intérêt, soit de vue du rôle de l’arrosoir, c’est-à-dire une association promouvant la transition écologique, pour devenir, de fait, qu’un simple club de jardinage.

 

Plusieurs problèmes ont été soulevés.

 

Premièrement, il y a un problème avec les paniers : il y a moins en moins de paniers. Est-ce un problème de communication pour attirer du monde ou un manque d’intérêt ?

 

Deuxièmement, il y a un largement un problème de communication interne. Il est difficile d’être informé et de discuter, et agir concrètement, même au sein d’un noyau dur (le futur « conseil collégial »), comme en témoigne l’absence de la quasi-totalité de personne à cette réunion (dans le meilleur des cas, seulement une réunion sur deux a été tenue, alors qu’elle était prévue pour être systématique). Facebook n’est pas un outil fait pour ça. En effet, il a été dévoyé, car il est utilisé pour annoncer des choses extérieures à l’arrosoir (hormis l’annonce des paniers). Il faut donc trouver un autre moyen de communication (email, discord…) pour la gestion de l’association.

 

Troisièmement, il y a un problème d’engagement : les initiatives de l’arrosoir ne sont pas suivis d’actions, contrairement à des actions annexes (comme le nettoyage du Gave). Il y a un questionnement sur la pertinence d’un conseil collégial, s’il y a seulement trois personnes (dans le meilleur des cas), qui vont en réunion.

 

Quatrièmement, il y a des problèmes d’organisation : l’esprit très « village gaulois » fait qu’il y a aucune structuration (aucune initiative, aucune cohérence) met très clairement en péril l’avenir de l’association.

 

Cinquièmement, il y a de nombreux problèmes légaux. Des conventions sont à signer depuis six mois, il y a des problèmes d’accès au compte de la trésorerie, il y a une absence de représentant légal (le président…). Il y a un questionnement concernant le cadre légal avec Cathie : il y a un contrat ? Comment ça marche ?

 

Sixièmement, des initiatives ont été menés (refonte du site internet sur https://larrosoirpau.legtux.org/), mais du fait de la désorganisation ambiante et du manque de communication, elle n’a pas été suivie de fait.

 

Au final, ces problèmes font que l’avenir de l’association est très clairement menacé. En effet, elle risque d’être dissoute de fait, faute de représentant légal. Il faut donc mettre entre parenthèse l’idée de la collégiale (du fait du manque cohésion de groupe) pour mettre en place, d’urgence, un bureau. En effet, il est impossible d’avoir un conseil collégial avant le mois de mai, marquant la fin de l’année scolaire.