presse

Un potager bio sur le campus de Pau

Le 10 novembre 2016

 

A l'initiative de l'association étudiante L'Arrosoir, un jardin partagé bio a vu le jour sur le campus palois.

L'UPPA a rendu possible ce projet, en octroyant un terrain de 400 m2 à l'association, près de l'IUT GTE.

Sont aussi sortis de terre, une spirale aromatique et plusieurs composteurs.

Des espaces pour s'asseoir, lire ou déjeuner ont été aménagés pour que les passants s'arrêtent et se pausent.

Ce jardin partager se veut tourné vers des techniques de permaculture ; il est ouvert à tous, aux étudiants comme aux amateurs de jardinage et il n'est pas nécessaire d'être membre de l'association pour piocher dans les récoltes ! Les ateliers, tout public, ont lieu le samedi après-midi, dès 14h.

Par ailleurs, L'Arrosoir a mis en place, en début d'année 2016, des distributions hebdomadaires (les lundis) de paniers de fruits et légumes bio, cultivés par un maraîcher béarnais, à 8 euros, pour les étudiants, sur le modèle d'une AMAP.

Distribution à partir du 7 novembre, de 17h45 à 18h15, s'inscrire.

L'association vient d'organise un chantier participatif pour la construction d'une cabane avec des méthodes artisanales : de la terre, de la paille et du bois ! Encadrés par des professionnels de ces méthodes, un ouvrage éco-responsable a été édifié en plein cœur du campus. Une formidable expérience de collaboration intergénérationnelle: http://rmdaran.over-blog.com/2016/11/une-cabane-en-paille-et-en-terre-chantier-participatif-avec-l-arrosoir-a-l-universite.html

https://soundcloud.com/user-905916937/emission-arrosoir-cabane

 

Entreprise Aquitaine bois terre-paille qui a encadré le chantier de la "Guitoune": https://www.facebook.com/Aquitaineboisterrepaille/?fref=ts

 

http://www.univ-pau.fr/fr/vie-associative/annuaire-alphabetique/l-arrosoir.html

 

L'Arrosoir défend la mise en place et la valorisation de projets liés aux questions de production biologique, de consommation responsable et du vivre ensemble, en favorisant les circuits de proximité et les échanges inter-générationnels. L’association se donne pour mission principale la création d’un jardin biologique partagé sur l’université. Cet espace est conçu comme un endroit d’apprentissage et d’expérimentation des techniques de jardinage, mais aussi un lieu de convivialité.

L’association a pour second but de proposer des paniers de légumes et produits frais aux étudiants, sur le modèle d'une AMAP. Enfin l'association veut proposer ponctuellement des événements divers (conférences, projections, marchés ponctuels...)


/>

Télévision : France 3

  • Par CA
  • Publié le 16/02/2016 | 15:04, mis à jour le 16/02/2016 | 16:1

 

http://france3-regions.francetvinfo.fr/aquitaine/pyrenees-atlantiques/pau/des-paniers-de-legumes-bio-8-euros-pour-les-etudiants-palois-929883.html

 

Des paniers de légumes bio à 8 euros pour les étudiants palois

L'idée a été lancée par un groupe d'étudiants réunis en association. Ils se sont alliés à une jeune productrice béarnaise pour proposer, chaque semaine, des légumes issus de l'agriculture biologique sur le campus. Après seulement deux semaines de distribution, le succès dépasse leurs espérances.

"Personnellement, ça m'importe de manger des légumes qui ne soient pas bourrés de pesticides. Je vais souvent au marché bio à Pau et je n'y vois pas assez d'étudiants"nous confie Natty Humeau, le jeune président de l'association l'Arrosoir.

C'est pour permettre aux étudiants de manger sainement et pour soutenir l'agriculture biologique que l'opération paniers de légumes a été lancée. Chaque lundi, entre 17h45 et 18h15, les personnes ayant passé commande au préalable viennent chercher leurs provisions. Carottes, salade, pommes, poireaux...cultivés par Floriane Bourdiol, une jeune productrice béarnaise. Une trentaine de paniers ont été distribués les premières semaines et autant de nouvelles inscriptions ont été ouvertes. Un succès qui va obliger l'association a trouver d'autres producteurs.

Le prix, fixé à huit euros, doit être accessible à l'ensemble des étudiants qui récupèrent ainsi une semaine de consommation de légumes.

L'Arrosoir compte également créer un jardin biologique partagé sur le site de l'université de Pau "pour apprendre et expérimenter les techniques de jardinage".

Regardez le reportage d'Elise Daycard et Elixabete Gonzalez :

 

Instagram

 
 

Radio : France bleu

Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn

Mardi 9 février 2016 à 9:09

 

https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/pau-une-amap-la-fac-1455004040

 

Pau : une Amap à la Fac

Trente paniers ont été remis pour la première © Radio France - Daniel Corsand

 

L'association d'étudiants "l’arrosoir" innove sur le campus de l'Université de Pau. Elle crée une Amap pour potaches. Pour la première ce lundi soir, trente paniers ont été distribués et il y a déjà de l'attente.

C'était la première distribution hier soir des paniers d'une nouvelle Amap, installée sur le campus de l'université de Pau. Une poignée d'étudiants a crée une association : "l'arrosoir" pour implanter une Amap à la fac.

 

Les Amap (littéralement "association pour le maintien d'une agriculture paysanne") sont des associations de consommateurs de bio le plus souvent, qui s'allient avec des producteurs de légumes et de viandes, pour s'assurer de la qualité tout en favorisant les circuits courts.

Des courges plutôt que des raviolis en boîte

Les légumes sont fournis par une jeune productrice installée près du Cami-Salié, à Pau. Dans le panier de la semaine,deux pommes, trois poireaux, une demi douzaine de carottes jaunes, une courge, un oignon, une salade feuille de chêne et un radis noir. Le prix du panier est de 8 euros.

C'est des légumes que je ne connaissais pas. Y a une courge de Nice je crois — Marion

Déjà une liste d'attente

 

Une trentaine d'étudiants ont adhéré avant la première distribution. Et lundi soir, pour la première remise de paniers, beaucoup se sont inscrits. Il y a donc déjà une liste d'attente d'une trentaine de personnes et l'association l'arrosoir cherche d'autres producteurs pour faire face à la demande.

L'association envisage de créer un jardin potager participatif sur le campus.

 

Instagram

Journal : La République des Pyrénées

 

http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2016/04/15/un-jardin-universitaire-partage-a-l-universite-de-pau-et-des-pays-de-l-adour,2018088.php

 

 

Des étudiants de l'association L'Arrosoir installent leur jardin sur le campus.
© Francis Larrieu
PUBLIÉ LE , MODIFIÉ .
 
 
 

 

UNIVERSITÉ DE PAU

Un jardin partagé à l'Université de Pau et des Pays de l'Adour

Un jardin universitaire partagé. C’est avec l’association étudiante L’Arrosoir qu’un jardin partagé est en train de sortir de terre, au beau milieu du campus.

«Le but est de faire découvrir aux étudiants que l’on peut manger sain et bio, pour des budgets modiques. Nous distribuons déjà des soupes de légumes devant le restaurant universitaire, nous proposons également des paniers de légumes pour 8 euros», commente Audrey, l’une des responsables de l’association. Avec les conseils de Solange (du Potager du futur), c’est un petit groupe d’étudiants qui a entamé la délimitation du futur jardin qui s’étendra au total sur 400 m2. La première étape a consisté à faire du compost. Non loin de là, le cirque Fratellini a montré l’exemple en apportant du crottin de chameau.
Instagram

http://defigrandesecoles.lexpress.fr/pau/2016/02/17/rencontre-avec-le-fondateur-de-lassociation-paloise-larrosoir/

 

Rencontre avec le fondateur de l’association paloise : l’Arrosoir !

Par defipau, publié le 17 février 2016 à 19 h 25 min

Nous avons rencontré Maxime Berriot, fondateur de l’associationl’Arrosoir qui distribue tous les lundis des paniers de légumes.

 

12714022_10208740828096703_1710580194_n

 

Lise Calmettes : Avec qui as-tu crée cette association ?

M.B : Avec Natty Humeau, étudiante à l’UPPA en lettre, et Camille Roisné qui était l’an passé en service civique à la Centrifugeuse. Je leur ai soumis le projet et à la suite de cette rencontre l’association l’Arrosoir est née. J’en profite pour remercier la Centrifugeuse et l’équipe pédagogique, technique et administrative de l’UPPA pour son aide et son soutien, ainsi que Sylvie de l’association des potagers du futur.

L.C : Quel est son but ?

Maxime Berriot : Le but de l’Arrosoir est de redonner du bon sens, de recréer du lien social intergénérationnel et de promouvoir des techniques de low technologie. Nous voulons faire évoluer les mentalité sur le fait qu’être « écolo » c’est simple et économique.

L.C : Quelles actions réalise-t-elle ?

M.B : L’Arrosoir est une jeune association, et pourtant nous avons créé un système de panier en relation avec les jeunes maraichers de la pépinière du Sivam. Ensuite une intervenante Solange, des potagers du futur , donne des cours gratuits de permaculture aux adhérents sous forme théorique et pratique. Enfin nous avons le 3ème volet qui est le prêt d’outils aux adhérents. Natty organise régulièrement des disco soupes pour sensibiliser les palets des étudiants

L.C : Quels sont ses projets futurs ?

M.B : La création du jardin partagée qui débute début mars et le lancement officiel du prêt d’outils.

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’association, rendez-vous sur le lien suivant : https://www.facebook.com/groups/743149642484225/?fref=ts

 

 

Instagram

Site internet : presselib.com

Le 16 Fév. 2016

 

http://presselib.com/blog/larrosoir-une-association-etudiante-qui-privilegie-la-consommation-des-bons-produits-dici/

 

Des paniers bios et un jardin partagé sur le campus

L’Arrosoir, une association étudiante qui privilégie la consommation des bons produits d’ici

Avouez que c’est plutôt rare, un étudiant apparemment branché qui publie sur son mur Facebook des photos de carottes ! Interpellés, nous avons enquêté ! Et ainsi découvert l’initiative de Natty Humeau et son association « L’Arrosoir » à Pau.

Encore qu’initiative soit ici à mettre au pluriel, puisqu’il en mène deux à la fois, dans le même registre.

Ce qu’il faut savoir…

 


JARDINIERSMais précisons avant tout pour les néophytes légumiers qui passeraient par là que « L’arrosoir » est une association étudiante rassemblant le jardin partagé de l’Université de Pau, une AMAP, une association de prêt d’outils, etc. Et L’arrosoir ne cesse d’arroser, car il est devenu un lieu de partage « pour des gens bien réels, pour promouvoir, enrichir et subvertir nos points de vue. »

Revenons à leurs actions. Au pluriel, donc. D’un côté, une distribution de paniers de légumes bios à destination des étudiants (et des autres) à prix tout petit, histoire que les jeunes puissent mieux manger (un grand combat) et se faire « la soupe ».


SOUPE JUSTINEOn adore le résultat publié sur les mursFacebook, de cette délicieuse soupe de Justine qui nous a mis l’eau à la bouche, et la faim dans les papilles… La toute première distribution de paniers étudiants a eu lieu le lundi 8 février, et immédiatement, le succès a été au rendez-vous.

Bon, évidemment, nous avons mis à peu près trois heures à déchiffrer ce qu’était ce judpomcho offert en boisson. Schisme générationnel, quand tu nous tiens… (qui a dit « par la barbichette » ?)


arrosoir4jardinDe l’autre, un jardin partagé sur le campus. Le terrain est là, mais il manque des outils. Ce 12 février, d’ailleurs, devant le Resto U Cap Sud, tout le monde était là pour participer à une collecte de pelles et râteaux, ou autres objets de jardinage, y compris cassés, en échange d’une « reconnaissance infinie » voire même une adhésion offerte à l’association en tant que membre bienfaiteur.

C’est que d’aide L’Arrosoir va en avoir besoin, notamment pour entretenir son potager pendant les vacances… Amis amoureux de jeunesse et de jardinage, il nous semble que toutes les bonnes volontés seront acceptées. Et l’initiative est si jolie, si utile aussi, que cela donne envie de se mobiliser à leurs côtés.


arrosoir5paniersbiosAllez, arrosoir et persil (on ne pouvait pas la louper), et n’oubliez pas d’arroser les jeunes pousses – bio – de L’Arrosoir… Leur banane, leur pêche, leur patate, et ici on ne parle pas de fruits ou légumes, sont à encourager.

Instagram

Journal : Sud Ouest

A LA UNE / PAU / Publié Mis à jour à par Sudouest.fr

Vendredi dernier, les jardiniers ont effectué le piquage du terrain ©

LE DEODIC DAVID
 
 

Pau : des paniers de légumes distribués aux étudiants

L'association L'Arrosoir a également lancé des ateliers de jardinage bio sur une parcelle de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour

Alors qu'elle organise des ateliers de jardinage bio sur une parcelle de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour, l'association L'Arrosoir a mis en place depuis le mois dernier des distributions de paniers de légumes pour les étudiants. Chaque lundi, elle propose en effet des paniers pour huit euros aux adhérents.

Jardin biologique en phase de test

Les ateliers ont notamment lieu sur les 400 mètres carrés de terrain octroyés par l'UPPA. Car cette initiation comprend théorie et pratique : "Pour faire de bonnes cultures, il faut d'abord faire du jardin dans une salle, c'est étonnant, mais ça permet d'être au chaud, de s'entendre, de bien comprendre les choses", explique Solange Artus-Darlon, accompagnatrice des jardins partagés sur la région de Pau et ses alentours.

Même si le jardin biologique est en phase de test jusqu'à la fin de l'année, les jardiniers pourront savourer les premières récoltes un peu avant l'été.

 

 

Renseignements : larrosoirpau@gmail.com

 

 

Instagram

Journal : Sud Ouest

 

http://www.sudouest.fr//2016/03/09/le-potager-du-futur-s-invente-a-l-universite-2295282-4344.php#xtatc=INT-7-[bloc_coeur_article_1]

 

Publié Mis à jour à par Caroline Blanchet

Une dizaine d’adhérents s’est retrouvée samedi à l’université pour l’atelier pratique. ©

PHOTO D. LE DEODIC
 
 

Pau : le potager du futur s’invente à l’université

L’association L’Arrosoir lance des ateliers de jardinage bio sur une parcelle de l’université
Tout jardinier aguerri doit connaître le sol qu'il cultive. Dans cette optique, les membres de L'Arrosoir et tous ceux qui le souhaitaient ont pu assister à u
n cours de jardinage biologique vendredi, proposé par la structure associative paloise, sur une parcelle de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour (UPPA), avant de passer à l'atelier pratique le samedi.
Vendredi soir donc, à l'amphi de la présidence de l'UPPA, Solange Artus-Darlon, accompagnatrice des jardins partagés sur la région de Pau et ses alentours, a expliqué : « Pour faire de bonnes cultures, il faut d'abord faire du jardin dans une salle, c'est étonnant, mais ça permet d'être au chaud, de s'entendre, de bien comprendre les choses. » Dans la perspective du samedi, l'animatrice a exposé une nouvelle façon d'aborder le jardinage : « Quels sont les besoins du sol ? Des végétaux ? Comment travailler un milieu sans le bouleverser ? »
La fin du motoculteur
Solange Artus-Darlon a distillé de précieux conseils en précisant « qu'on n'a pas besoin d'être des spécialistes pour sauter le pas ! » Il faut connaître quelques tests simples à réaliser en amont des cultures, le test « du boudin de terre » ou « du vinaigre et du bicarbonate de soude » par exemple.
En observant la végétation alentours, il est aisé de prévoir la réaction d'un sol par rapport au plan de légumes prévus. L'objectif étant d'apprendre ou réapprendre à jardiner. Fini le motoculteur, il est temps d'effectuer des gestes bénéfiques au sol pour le cultiver plusieurs années sans l'appau- vrir.
« Quelle que soit sa richesse, il faut le nourrir et le protéger si on veut le cultiver », précise Solange Artus-Darlon.
« La pluie, ça tombe bien »
Samedi, malgré une météo peu clémente, une dizaine d'adhérents de l'association L'Arrosoir s'est retrouvée, sur les 400 mètres carrés de terrain octroyés par l'UPPA, pour mettre en pratique les conseils de Solange Artus-Darlon. En dépit de tout ce qui était prévu, les jardiniers auront au moins pu effectuer le piquage du terrain. C'est-à-dire délimiter les parcelles à cultiver et celles où ils pourront marcher.
En tout cas, la pluie n'a pas arrêté Marc et Julie. Pour eux, c'est sûr, « le jardin bio, c'est une super initiative, il faut la soutenir, et puis, de l'eau il en faut, ça tombe bien ! »
Le jardin expérimental est ouvert à tous, pas besoin d'être membre de l'association pour piocher dans les récoltes, au contraire. « Si quelqu'un se promène et pioche une fraise, ben… c'est cool, peut-être que comme ça les gens verront que les fraises ne poussent pas dans des barquettes et que parfois, chose étonnante… il y a même un peu de terre dessus ! » s'amuse Maxime Berriot, étudiant à l'École supérieure de commerce et fondateur de l'association L'Arrosoir. Même si le jardin biologique est en phase de test jusqu'à la fin de l'année, les jardiniers pourront savourer les premières récoltes un peu avant l'été.

 

 
 
Instagram

Journal : La République des Pyrénées

 

http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2016/02/08/pau-des-paniers-de-legumes-bio-tous-les-lundis-avec-l-arrosoir,2001454.php

 

Des légumes bio et bons avec l'Arrosoir

Marc Zirnheld, archives.
PUBLIÉ LE , MODIFIÉ .

Des paniers de légumes bio et bons à prix avantageux ? C'est désormais possible grâce à l'association l'Arrosoir, avec une distribution tous les lundis sur le campus.

L'association "L'arrosoir" a mis en place, sur le modèle d'une associations pour le maintien d'une agriculture paysanne (AMAP) un système de paniers de légumes, pour les étudiants et les autres, à récupérer à un prix avantageux (8€) une fois par semaine.

Les légumes – biologiques, locaux et cultivés par Floriane Bourdiol une maraîchère paloise – sont distribués devant le parvis de la Bibliothèque Universitaire de Lettres le lundi soir de 17h45 à 18h15.

 

Pour toute information larrosoirpau@gmail.com en spécifiant "paniers" dans l'objet du message. Ou par téléphone : au 06 10 38 79 25.

 

 
Instagram

Description de l’image

Description de l’image